Jean-Paul Bernard

chef-opérateur du son

Accueil Longs métrages Henri
affiche

Henri

de Yolande Moreau

Henri, immigré italien taciturne, propriétaire d'un restaurant sur le déclin en Belgique, semble avoir baissé les bras devant la vie et ne trouver réconfort qu'auprès de ses pigeons voyageurs ou de ses camarades de boisson. Lorsque sa femme décède brutalement, Rosette, une jeune handicapée mentale, vient l'aider à assurer le service en salle. Une relation improbable et tendre se tisse lentement entre ces deux êtres en marge, entre ces deux solitudes.

Projeté en clôture de "La Quinzaine des Réalisateurs", Cannes 2013

Sortie : 4 décembre 2013

interprétation :

Pippo Delbonno: Henri | Candy Ming: Rosette | Lio: La femme d'Henri | Jackie Berroyer: Bibi | Simon André: René | Gwen Berrou: La fille d'Henri | Brigitte Mariaulle: Madame Monnier | Serge Larivière: Le marchand de frites | Yolande Moreau: Tante Michèle | Et les comédiens de La Compagnie De L’oiseau Mouche

l'équipe :

Scénario & réalisation: Yolande Moreau | 1er assistant réalisateur: Frédéric Alexandre | Collaboration artistique: Héloïse Moreau | Image: Philippe Guilbert | Son: Jean-Paul Bernard | Perchman: Carlos Mota | Montage: Fabrice Rouaud | Montage Son: Jean Mallet | Mixage: Jean-Pierre Laforce | Musique: Wim Willaert | Décors: Marc Philippe Guerig | Costumes: Alexandra Charles | Directeur de production: Christophe Jeauffroy | Producteurs: Julie Salvador, Christophe Jeauffroy | Productions: Christmas In July / Versus Production

France/Belgique, 2011, Couleur, scope, 1h47

Yolande Moreau

Quelle a été votre réaction en apprenant la sélection de votre film en projection de clôture de la Quinzaine des Réalisateurs?

Yolande Moreau : J’étais sur un petit nuage, très heureuse. C’est une belle exposition. Comme je ne suis pas en compétition, ce n’est que du bonheur. La réaction de la salle sera très importante. Mais je ne suis pas stressée, juste excitée.

Surprise ?
On espère toujours être sélectionné au fond de soi. Je suis contente de mon film; donc, je me sens assez sereine. Quand on le fabrique, le doute est toujours présent. Mais ici, je sais que j’ai fait le film que j’avais envie de réaliser.

C’est une histoire d’amour inhabituelle…
Je préfère parler de l’histoire de deux solitudes que d’une histoire d’amour. Ce sont deux personnes qui n’ont pas les clés de la vie sociale. Elle est handicapée mentale légère, lui est légèrement alcoolo et un peu résigné, éteint. C’est elle qui va réveiller quelque chose en lui.

A-t-on jamais les clés de la vie ?
C’est une bonne observation ! On peut tous s’identifier à ces personnages : il nous manque à chacun des clés.

Mais la réalisatrice doit les avoir !
Eh non, je ne les ai pas non plus. Je fais ce que je peux. C’est la première fois que j’étais seule à la réalisation; donc, c’était très écrit. Mais l’ambiance était détendue. De l’ordre de la fabrication, du bricolage.

Quel a été l’élément fondateur d’Henri ?
Pendant le tournage de "Quand la mer monte" , en 2004, j’avais vu des colombophiles dans le Nord, et cela m’avait interpellée. A l’époque, j’écoutais en boucle "Innocent When You Dream" de Tom Waits et les deux ensemble m’ont inspiré l’histoire. A l’origine, je comptais incarner Rosette, mais je trouvais que je n’avais plus l’âge. L’écriture a commencé en 2005 : c’est un travail de fourmi. Par à-coups, naturellement.

On entendra la musique de Tom Waits dans votre film ?
Non. C’est triste : on a essayé, elle colle parfaitement à l’ambiance, mais cela ne s’est pas fait. Cela dit, la musique originale est très bonne.

Sur base de quels critères avez-vous choisi vos comédiens ?
Pippo Delbono est très connu en Italie, dans le milieu théâtral. Martin Provost m’avait parlé de lui, et nous avons tout de suite sympathisé. Il collait bien au personnage, et je l’ai engagé. Sinon, j’avais aussi pensé à Josse De Pauw, un comédien belge épatant, mais peut-être un peu trop âgé pour le rôle. Miss Ming, elle, je l’ai rencontrée sur le tournage de "Louise-Michel". On n’a pas tourné ensemble, mais j’ai vu la scène où elle incarne une fille qui a le cancer et accepte de tuer un patron. Je la trouvais formidable. Dans "Mammuth" aussi, elle avait une très forte présence. Ils sont formidables tous les deux.

Patrick Laurent pour La Libre Belgique

Yolande Moreau débute dans des spectacles pour enfants à Bruxelles. En 1982, elle remporte le Grand Prix au Festival du rire de Rochefort (Belgique), pour son one-woman show Sale affaire, du sexe et du crime. Puis Agnès Varda lui offre ses premiers rôles au cinéma. En 1989, Yolande Moreau rejoint la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, dont elle devient l'un des piliers. En 2004, elle interprète et co-réalise, avec Gilles Porte, Quand la mer monte..., film pour lequel elle se voit décerner le Prix Louis-Delluc du meilleur premier film, puis les Césars de la meilleure première œuvre de fiction et de la meilleure actrice. Son interprétation du rôle principal de Séraphine, de Martin Provost, lui vaut en 2009 le César de la meilleure actrice pour la seconde fois de sa carrière. On la retrouve ensuite à l'affiche de Louise Michel, une comédie sociale et burlesque de Benoît Delépine et Gustave Kervern, puis, en 2010, dans Mammuth, des mêmes réalisateurs. En 2011, le réalisateur Martin Provost lui offre le rôle principal d'Où va la nuit. En 2012, elle passe seule derrière la caméra pour réaliser Henri. ]