Jean-Paul Bernard

chef-opérateur du son

Accueil Longs métrages Attention : Fragile
affiche du film Attention : Fragile, de Manuel Poirier

Attention : Fragile

de Manuel Poirier

Septembre 1986. Alice et Martin ont dix-sept ans. Ils arrivent de province et entrent en terminale au lycée Montesquieu à Paris. Comme beaucoup de jeunes gens de leur génération, nés dans l'euphorie des années soixante-dix et nostalgiques d'une enfance trop heureuse, ils avancent dans la vie prudemment. Alice et Martin cherchent leurs marques dans la classe. C'est l'époque des manifestations contre la loi Devaquet et de la mort tragique de Malik Oussekine.

interprétation :

Aurélie Berrier: Alice | Mathieu Busson: Martin | Fanny Esteban: Caroline | Micha Lescot: Régis | Fabien Thomann: Mathieu | Christine Paoli: Madame Lucas | François Morel: le père d'Alice | Jacques Pradel: Le père de Martin | Carole Jacquinot : La mère de Sylvain | Jacques Marchand | Alain Guillo: le prof de math | Elisabeth Commelin| Sergi Lopez: le prof d'espagnol | Jean-Jacques Vanier

l'équipe :

Scénario: Manuel Poirier, Jean-François Goyet, Céline Poirier | Réalisation: Manuel Poirier | Premier assistant: Christian Portron | Image: Nara Keo Kosal | Son: Jean-Paul Bernard | Perchman: Philippe Blanche | Chef électricien: Gilles Cousteix | Montage image: Yann Dedet | Montage son: Emmanuel Augeard | Direction de production: Bernard Bolzinger | Production: Aissa Djabri, Farid Lahouassa | Coproduction: Vertigo Productions, La Sept/Arte, France3 France, 1995, super16mm, couleur, 1h30

  • ”Manuel Poirier filme avec justesse et mesure l’individualisme frileux des adolescents, leur manque d’enthousiasme chronique pour la politique et la vie sociale du pays, l’absence de révolte contre un système (la famille, l’école) qu’ils critiquent mais dont ils profitent sans barguigner. Malgré les manifestations houleuses de 1986 et la mort de Malik Oussékine qui y font penser, Mai 68 semble bien loin.”

    Nathalie Queruel - La Vie
  • ”Sans paternalisme mais non sans ironie, Manuel Poirier filme la génération anti-Devaquet au plus près des sentiments, des désarrois intimes et des singularités. Chronique aigre-douce qui reconstruit la vie sans les clichés de la drogue et du sexe mais avec cette attention pour le malaise et la révolte des âges de transition.”

    Le soir
  • ”Attention fragile ne ressemble pas à grand-chose de connu. Poirier construit son film sur la corde raide : entre observation quasi behavioriste et proximité aux tropismes infinitésimaux. Il enregistre la vie avec un humour jamais moqueur et une tristesse sans épanchement. A l'image d'un film qui ne jongle ni avec les conventions désarmantes de connerie ni avec les fausses fulgurances des auteurs soi-disant habités. Manuel Poirier, lui, est ailleurs.”

    Les Inrocks
réalisateur

« L’année 1986 s’est imposée à moi comme un événement évident de la décennie, avec des manifestations, un ministre “démissionné” par les jeunes, la mort de Malik Oussekine. Ce qui frappait dans les manifestations de 86, c’était le contraste des forces en présence : des étudiants quasiment “sages” face à des voltigeurs ! En 1968, il y avait des provocations qui justifiaient la crainte d’un Etat de se faire renverser. Pas en 1986. J’ai voulu montrer ce face-à-face démesuré.

Montrer les manifs à la télévision permet de mieux suivre les personnages dans leur vérité, hors de toute période “historique”. Ce qui m’intéresse, c’est cette période charnière entre l’adolescence et l’âge adulte. Je m’attache plus aux personnages qu’au mouvement lycéen, qui m’était apparu à l’époque marqué par une certaine innocence, une légèreté, un goût du jeu très éloignés de préoccupations plus politiques.

Plus encore que les histoires d’amour, les sentiments d’amitié me fascinent. Par l’amitié, on cherche à cet âge à se connaître à travers l’autre. Et il y a souvent - c’est le cas du personnage d’Alice - un chevauchement entre l’amour et l’amitié.

C’est aussi la première fois qu’un de mes personnages meurt dans un film, et c’est une lourde responsabilité. Dans la réalité, un suicide n’est pas toujours annoncé d’une façon explicite. Caroline traîne avec elle un problème d’identité, une difficulté à se situer, qui font qu’un moment de fragilité va la faire basculer... C’est un moment de cette tranche d’âge, pas de cette époque. Son acte sera ressenti très différemment selon les individus : certains seront gênés, pour moi, c’est une alerte. Attention : fragile. »

[ Né au Pérou, Manuel Poirier passe son enfance à Paris. Ouvrier, ébéniste, éducateur pour jeunes en difficulté, il multiplie les petits emplois. Cinéaste autodidacte, il réalise plusieurs courts métrages à partir de 1984, dont La première journée de Nicolas et La lettre à Dédé, des portraits de jeunes libérés de prison confrontés aux difficultés de leur réinsertion. En 1992, il réalise son premier long métrage, La petite amie d'Antonio, avec Sergi Lopez, un acteur catalan fidèle dans sa filmographie. Ce film est remarqué pour son ancrage social et un ton nouveau dans le cinéma français. Ce style se confirme avec ... À la campagne (1994). Dans Attention, fragile(1995), Manuel Poirier dépeint le mal-être d'une jeunesse sans rêves. Marion (1996) évoque la complexité des liens familiaux et montre un respect de l'enfant inhabituel au cinéma. Western (1997), un road movie tourné en Bretagne, reçoit le prix du jury à Cannes et est plébiscité par le public. En 2000, le réalisateur retrouve Lima pour tourner Te quiero. Puis, dans le documentaire De la lumière quand même, il donne la parole aux enfants placés en foyers ou en familles d'accueil.
Les films de Manuel Poirier évoquent souvent la difficulté de vivre, tout en mettant en évidence les plaisirs simples et le bonheur possible. Les femmes... ou les enfants d'abord..., est une chronique des tourments de la quarantaine. En 2003, Chemin de traverse met en scène les relations père/fils. Le sang des fraises, en 2005, traîte de l'adolescence et du passage. En 2006, La Maison, évoque la nostalgie et les souvenirs. Et avec Le café du pont en 2010, librement inspiré du roman autobiographique de Pierre Perret, Manuel Poirier signe un film volontairement optimiste sur l'enfance. ]

Les films de Manuel Poirier sur ce site :

Affiche du film Le café du pont, de Manuel Poirier Affiche du film La maison, de Manuel Poirier Affiche du film Le sang des fraises, de Manuel Poirier Affiche du film Chemins de traverse, de Manuel Poirier Affiche du film Les femmes ou les enfants d'abord, de Manuel Poirier Affiche du film Te quiero, de Manuel Poirier Affiche du film De la lumière quand même, de Manuel Poirier Affiche du film Western, de Manuel Poirier Affiche du film Marion, de Manuel Poirier Affiche du film Attention fragile, de Manuel Poirier Affiche du film … à la campagne, de Manuel Poirier Affiche du film La petite amie d'Antonio, de Manuel Poirier