Jean-Paul Bernard

chef-opérateur du son

Accueil Longs métrages Amour & turbulences
affiche

Amour & turbulences

d'Alexandre Castagnetti

Alors qu’un avion la ramène de New York à Paris où elle s’apprête à se marier, la belle Julie se retrouve assise à côté d’Antoine, un séduisant débauché qu’elle a aimé 3 ans plus tôt. Elle va tout faire pour l‘éviter alors qu’il compte sur ces 7 heures de vol pour la reconquérir. L’occasion pour le spectateur de voyager dans le passé et de revivre leur rencontre, leur amour, leur rupture, autant de scènes rocambolesques, romantiques et corrosives qui vont faire de ce voyage le plus bouleversant de leur vie.

Sortie : 3 avril 2013

interprétation :

Ludivine Sagnier: Julie | Nicolas Bedos: Antoine | Jonathan Cohen: Hugo | Clémentine Célarié: Marie | Lila Salet: Stéphanie | Arnaud Ducret: Franck | Jackie Berroyer: Arthur | Michel Vuillermoz: Georges

l'équipe :

Scénario: Vincent Angell | 1er assistant réalisateur: Dominique Furgé | Image: Yannick Ressigeac | Assistants Image: Arnaud Gervet, Gaspard Cresp, Marine Beauguion | Son: Jean-Paul Bernard, Nicolas Favre | Perchman: Carlos Mota | Montage: Scott Stevenson | Assistante Montage: Gwenaelle Hubert | Décors: François Emmanuelli | Directeur de production: Yvon Crenn | Productions: Révérence, Manchester Films, Thelma Films

France, 2012, Couleur, 1h36

Alexandre Castagnetti

« Je voulais que cette histoire respecte totalement les règles du genre et faire une pure comédie romantique parlant d’amour et des aléas du quotidien d’une vie de couple. (…) De mon point de vue, dans la comédie romantique, les dialogues et leur vérité s’imposent sur les situations. (…) On avait envie d'une comédie très dialoguée et construite sur un affrontement entre deux caractères très forts, avec le point de vue successif de l’un et de l’autre. L’un des grands défis du film a consisté à tenir ce parti pris sur la longueur et à jouer avec leurs visions différentes de leur relation jusqu’au quiproquo qui a provoqué leur séparation. Le tout en multipliant les fausses pistes pour que le spectateur s’attache à eux et ait envie de savoir ce qui s’est vraiment passé.

(…) Pour ma part, quand je vais voir un film qui parle d’amour, j’ai avant tout envie d’y croire. Je suis plus intéressé par la question de savoir si les deux héros finiront ensemble que par les vannes en elles-mêmes. Il faut évidemment qu’il y en ait. Tout est question de dosage. Et donc d’équilibre entre romantisme et humour. Un humour un peu acerbe grâce à Nicolas mais aussi à Ludivine qui a totalement joué le jeu. »

[ Diplômé du conservatoire d’Orléans en piano classique et hautbois, ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure de Télécommunications, Alexandre Castagnetti crée en 1999, avec Corentin Julius, la société de production "Manque d’Allure Productions". En 2000, il écrit, produit et réalise "Herbie et Earl", une émission à sketchs diffusée sur Internet, puis, en 2001, un court métrage, "Arrêts de jeu". En 2004, il co-écrit et co-réalise avec Corentin Julius son premier long métrage, "L’Incruste", avec Titoff et Frédéric Diefenthal. Auteur, compositeur et chanteur du groupe "Beaubourg", il crée en 2007, avec Clément Marchand, « La Chanson du Dimanche », duo musical comique. Leur succés sur internet (plus de 40 millions de clips vus en 2010) l’amène à la création, la co-écriture et la co-réalisation de deux saisons de la série "La Chanson du Dimanche, la série", sitcom musicale autour du duo. De 2007 à 2010, il co-écrit et co-réalise également deux saisons de la série "Les Invincibles" diffusée sur Arte. ]